Bien manger: toute une éducation

Donner une bonne alimentation à nos enfants est un problème que chaque parent vit aujourd’hui. Reconnaître les bons aliments, rejeter les tentations et éviter la malbouffe sont de réels défis. Nous avons tenté de trouver des conseils auprès de 3 nutritionnistes.

Gisèle GualDiététicienne-nutritionniste, Diétitude

Quel est le régime le plus adéquat pour un enfant: le végétarisme, le végétalisme ou le régime omnivore? Pourquoi?
« L’alimentation omnivore est en règle générale celle qui est la plus adéquate puisque consommer chaque jour des aliments de chacune des familles alimentaires est le moyen le plus facile pour être certain de couvrir ses apports en nutriments, en vitamines et minéraux. Bien entendu, lorsqu’on parle d’alimentation omnivore, on fait référence à une alimentation équilibrée et saine! Intégrer un menu végétarien par semaine n’est cependant pas une mauvaise chose car nous consommons d’ordinaire déjà trop de protéines (animales) par rapport à nos besoins. L’alimentation végétalienne quant à elle expose à plus de risques de carences, surtout en période de croissance… »

Quels conseils donneriez-vous aux parents afin qu’ils optent pour la meilleure alimentation pour leurs enfants?
« La clé: donner l’exemple! Les enfants agissent beaucoup par mimétisme et ceci d’autant plus avec l’alimentation. Dès la naissance, donner une alimentation la plus variée possible limitera le développement de phobies ou dégoûts alimentaires. La cuisine maison est à privilégier car elle permet de contrôler la composition des repas, mais aussi de préserver les goûts authentiques. Pas besoin de passer 2 heures en cuisine tous les soirs, les menus les plus simples sont souvent les plus équilibrés! Une autre règle d’or: ne rien interdire, mais fixer les limites à son enfant et les respecter. Enfin, faire du repas un moment de détente en famille donne à l’enfant le plaisir de (bien) manger. »

Quels sont les aliments et les composants à éviter absolument?
« Il n’y a pas d’aliment qui soit formellement à éviter mais tout se joue sur l’équilibre alimentaire, donc les fréquences et les portions que l’on consomme chaque jour. Néanmoins, un moyen simple permettant de comparer 2 aliments similaires est de regarder la liste des ingrédients: plus cette liste est courte et plus l’aliment est a priori naturel ou en tout cas moins transformé. De même, en règle générale on évitera au maximum les aliments riches en sel (en moyenne plus de 1,25 g/100 g) et en sucre (mentionné sur l’étiquette comme: sucre, sirop de glucose/fructose, dextrose…) qui peuvent se cacher dans des aliments sans qu’on ne le soupçonne forcément. »


Sarah LeprêtreDiététicienne-nutritionniste, Végétik

Quel est le régime le plus adéquat pour un enfant: le végétarisme, le végétalisme ou le régime omnivore? Pourquoi?
« La question serait plutôt: comment équilibrer au mieux le régime de son enfant, chacun d’eux pouvant s’adapter aux besoins de l’enfant. En se penchant sur l’effet qualitatif de son alimentation! En effet, n’importe quel régime peut être déséquilibré et ne pas offrir les vitamines et minéraux nécessaires. Pour une alimentation de bonne qualité, il est important de s’informer sur les bienfaits nutritionnels des aliments et sur les besoins de son enfant. Aller consulter un professionnel de la santé est un bon réflexe pour assurer une alimentation optimale pour son enfant. Le choix se fera en fonction des goûts et convictions des parents et des enfants. »

Quels conseils donneriez-vous aux parents afin qu’ils optent pour la meilleure alimentation pour leurs enfants?
« La meilleure alimentation possible sera celle qui, variée, se basera sur les fruits et légumes, les céréales complètes et un bon apport en oméga-3 (huile de lin, par exemple). Éviter au maximum les produits transformés, souvent trop sucrés, riches en acides gras trans et/ou en sel. Favorisez des apports en calcium et en protéines suffisants, indispensables pour la bonne croissance de l’enfant. Associez toujours légumineuses et céréales pour apporter un apport complet en protéines pour les enfants végétariens et végétaliens. Les végétariens et les végétaliens seront supplémentés en vitamine B12. L’iode (les produits de la mer, sel iodé) est très important également. »

Quels sont les aliments et les composants à éviter absolument?
« Le but est de donner de bonnes habitudes alimentaires, il est donc important d’éviter de manger trop souvent des produits transformés contenant une liste d’ingrédients interminables, beaucoup de sucres (tout ce qui se finit en -ose comme glucose, saccharose…) ou des nitrites de sodium (E250 favorisant l’apparition de cancers colorectaux). Les édulcorants (aspartame, acésulfame K…), de plus en plus utilisés par les industriels alimentaires, n’ont pas encore démontré d’effets sur la santé des enfants mais habituent au goût sucré et sont donc à éviter. Les boissons énergisantes, riches en caféine ainsi qu’en colorants et autres additifs sont à proscrire pour les enfants. »


Dorothée DemoinyDiététicienne thérapeutique et clinique – nutritionniste, Équilibre et moi

Quel est le régime le plus adéquat pour un enfant: le végétarisme, le végétalisme ou le régime omnivore? Pourquoi?
« Le mot régime est une dénomination donnée à une alimentation spécifique impliquant une ou plusieurs restrictions. Pour les enfants de 6 à 18 ans, on parle d’alimentation saine, équilibrée et variée. Où, excepté une demande médicale engageant le pronostic de “bonne santé” de l’enfant, il n’y a pas de restrictions spécifiques à avoir parmi certaines familles alimentaires. Ceci du moment que les recommandations nutritionnelles suivies sont celles du Conseil Supérieur de la Santé 2016. Le végétarisme limitera le risque de certaines carences (fer, calcium, B12) contrairement au végétalisme qui exclut toute forme animale. La raison de tel régime ressort souvent de la conviction personnelle des parents. »

Quels conseils donneriez-vous aux parents afin qu’ils optent pour la meilleure alimentation pour leurs enfants?
« L’alimentation des enfants dépend de la propre éducation nutritionnelle de leurs parents. Ce qui implique de tenir compte de leurs habitudes, de leurs convictions personnelles ou de leur éthique. La majeure partie des parents croient donner la meilleure alimentation à leur progéniture… Sinon ils la changeraient d’eux-mêmes en âme et conscience… Opter pour une alimentation “régulatrice” du poids au moyen de ses propres sensations alimentaires (faim, satiété, rassasiement) permettra à chaque enfant de réguler seul son poids et ainsi éviter le fléau de l’obésité sans cesse croissant dans notre pays. Limiter la transmission des pensées négatives liées à un ou plusieurs aliment(s) me paraît le meilleur conseil. »

Quels sont les aliments et les composants à éviter absolument?
« Il n’y a pas de nutriments à éviter qu’ils soient énergétiques ou non. Certains ingrédients composant les aliments industriels, sont à avoir à l’œil. La lecture de l’étiquetage peut paraître complexe. Mais avec l’aide d’un professionnel, la tâche s’avère facile et rapide. Il existe des réglementations pour chaque type d’étiquetage. Cependant, il y a un problème qui relève plus du comportement et des habitudes alimentaires du consommateur: les perturbateurs endocriniens. Nous devons adapter nos habitudes face à ceux-ci: charcuteries grasses préemballées, végétaux exposés à certains pesticides, poêles en téflon chauffées pour la cuisson des aliments gras et/ou protéinés… »