La biotechnologie retrouve la santé

L’industrie des biotechnologies santé est à la base de la médecine du futur. Plus de 70 % des médicaments innovants dans le monde sont aujourd’hui développés grâce à elle. Et, en Belgique, le secteur est en plein essor.

Les biotechnologies sont définies par l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) comme « l’application de la science et de la technologie à des organismes vivants, aux fins de la production de connaissances, de biens et de services ».

Par ailleurs, l’avènement des biotechnologies modernes est classiquement situé au début des années 50, avec la mise en évidence de la structure de l’ADN. Elles sont aujourd’hui mises en œuvre dans de nombreux domaines industriels, dont celui de la santé.

Un grand nombre de biotechnologies entrent donc en jeu dans la mise au point des médicaments, qu’ils soient d’origine biologique ou d’origine chimique. Le génie génétique permet par exemple de concevoir des modèles expérimentaux in vitro ou in vivo, utilisés durant les phases de recherche et de développement préclinique des nouveaux médicaments. De plus, les biotechnologies restent le lieu de convergence de différents champs scientifiques, tels que la physique, la chimie ou encore l’informatique. Et le secteur bénéficie, bien entendu, à plein des progrès en matière de digitalisation.

La santé reste le premier secteur d’investissement des biotechnologies.

— Sylvain Fontan

Seul souci dans ce développement fulgurant: l’argent. La mise au point d’un nouveau produit à l’aide de la « biotech » nécessite généralement plus de 10 ans de travail. Ce qui signifie un gros investissement pour un chiffre d’affaires pas toujours assuré au final. Car le médicament que vous développez peut parfaitement se faire dépasser par celui d’un concurrent, qui sera placé dans le commerce avant le vôtre, lequel ne se vendra donc pas, nous explique Nacer Eddine Sadi, docteur en économie industrielle et enseignant à Grenoble École de Management.

Ce contexte contraignant incite donc les firmes de biotechnologie santé à repenser leur business model. Et ce repositionnement imposé, parfois vers le développement de produits « rentables » mais très peu novateurs, ne va pas toujours dans le sens idéal.

Mais Sylvain Fontan, économiste et spécialiste du secteur, ne sombre pas du tout dans le pessimisme: « La santé reste le premier secteur d’investissement des biotechnologies, ne serait-ce qu’en raison de la forte valeur ajoutée des produits concernés. De plus, si à moyen ou à long terme tous les nouveaux produits ne sont pas totalement basés sur les biotechnologies, une large partie d’entre eux sera concernée de près ou de loin, augmentant ainsi les enjeux. Enfin, la perspective de vieillissement de la population, et la demande accrue adressée aux professionnels de santé, vont mécaniquement augmenter l’offre de produits issus de ces technologies. »

Bref, si son histoire se confond avec celle de l’humanité, avec ses hauts et ses bas, la biotechnologie connaît aujourd’hui une perspective d’évolution dont l’importance la fait assimiler à une révolution technologique, ni plus ni moins. À l’avenir, la nouvelle biotechnologie reposera principalement sur la mise en œuvre de techniques dont les applications potentielles restent difficiles à évaluer, tant est rapide et parfois imprévisible leur évolution.

Dans le seul domaine de la santé, par exemple, ces techniques fournissent une série d’options tout à fait nouvelles pour l’obtention de produits jusqu’alors difficiles, voire impossibles, à développer par d’autres voies. Et si le chemin s’annonce parfois chahuté, il nous réservera aussi de belles surprises sous forme de substances et de processus révolutionnaires.

Pour avoir suscité un immense intérêt à la mesure de ses potentialités d’application, la nouvelle biotechnologie reste à l’origine d’un effort de recherches sans précédent. Le mouvement est en marche, et il semble que si certaines contraintes financières peuvent de temps en temps le ralentir, rien ni personne ne pourra faire abstraction des biotechnologies, dont, à terme, la bonne… santé ne fait aucun doute.