Jean-Luc Crucke: La réforme des primes énergétiques est bénéfique pour le citoyen wallon

Le 12 juillet, le Gouvernement wallon a adopté en première lecture le projet d’arrêté réformant en profondeur le régime des primes « Énergie » et « Rénovation ».

En 2017, les primes Énergie et Rénovation ont été sous-utilisées. Pourtant, ces primes sont bénéfiques aussi bien pour la Wallonie que pour les citoyens: le citoyen gagne en confort et diminue sa facture énergétique et la Wallonie a la possibilité d’atteindre ses objectifs énergétiques fixés par l’Europe. Les causes de cette sous-utilisation des primes sont: le manque de communication, la lourdeur administrative et le manque d’attractivité au niveau financier. À politique inchangée, la Wallonie ne rencontrera pas ses obligations climatiques.

C’est pourquoi, le système des primes à l’énergie et à la rénovation bénéficiera d’un profond lifting dès 2019. Actuellement, lorsqu’un particulier entreprend des travaux d’énergie et de rénovation de son habitation, deux procédures administratives distinctes s’imposent à lui. Avec, à chaque fois, l’obligation d’avertir l’administration préalablement à tous travaux. Cette complexité, couplée à une baisse des montants des primes, a amené un désintérêt de plus en plus flagrant du grand public.

Le système des primes à l’énergie et à la rénovation bénéficiera d’un profond lifting dès 2019.

Conscients de l’importance des aides pour atteindre les objectifs énergétiques fixés par l’Europe, la Ministre du Logement et moi-même avons proposé une révision en profondeur du système. À l’avenir, tout demandeur devra faire appel à un auditeur afin de lister l’ensemble des travaux à réaliser en matière énergétique et de rénovation, ainsi que l’ordre dans lequel ceux-ci doivent être menés afin de bénéficier de la prime. Une fois l’audit réalisé, il suffira d’introduire une demande de primes auprès de l’administration, et cette demande vaudra pour l’ensemble des travaux. Le demandeur restera libre d’effectuer la totalité ou non des travaux, et de phaser ceux-ci dans le temps, en fonction de ses moyens.

L’audit sera également centralisé par l’administration, ce qui permettra, en cas de changement de propriétaire, de connaître l’état de la rénovation et d’évaluer les montants à encore consentir. L’auditeur sera aux côtés du demandeur, tout au long de la procédure, depuis la réalisation de l’audit jusqu’au contrôle des travaux réalisés, en passant par le calcul des primes. Il agira en tant qu’interface entre le citoyen et l’administration.